LES LILAS, PREMIÈRE VILLE SUSPENDUE

Fraternité

Collectivité

Île-de-France

L’Action

Sur le principe solidaire du café suspendu – un café acheté, tradition napolitaine, un second payé pour une personne un peu plus en difficulté – plusieurs commerçants de la ville des Lilas ont décidé avec l’association EVEIL d’étendre le concept à d’autres produits et de créer ainsi la première « ville suspendue ».

Le Problème

Le contexte de crise nous concerne tous. Chacun d’entre nous peut se retrouver en difficulté à la fin du mois puis revenir à l’équilibre le mois suivant. Aujourd’hui les systèmes de solidarité, malgré leur formidable travail, ne sont parfois accessibles qu’après un parcours difficile et très administratif. D’autre part, la honte de demander, de se faire soutenir est parfois plus forte que le besoin réel. Pourtant certains d’entre nous ont parfois simplement besoin d’un coup de pouce, coup de pouce qu’ils seraient prêts eux-mêmes à proposer à d’autres lorsque le contexte s’y prêterait !

La Solution

Sur le principe solidaire du café suspendu – un café acheté, tradition napolitaine, un second payé pour une personne un peu plus en difficulté – plusieurs commerçants de la ville des Lilas ont décidé avec l’association EVEIL d’étendre le concept à d’autres produits et de créer ainsi la première « ville suspendue ». Poissons suspendus, livres suspendus, pizzas suspendus, etc!

Chez 7 commerçants, vous pouvez :

– soit suspendre un produit, c’est à dire l’acheter pour le mettre à disposition d’une autre personne qui en aura besoin

– soit aller chercher un produit « suspendu » c’est à dire mis à votre disposition gratuitement car vous rencontrez une difficulté quelle qu’elle soit.

Les produits « suspendus » sont indiqués par affichage et il suffit de demander à en bénéficier au commerçant, nul besoin de justificatif !

En levant le tabou sur la gratuité notre projet rend accessible et quotidien la possibilité de se faire aider et donc d’aider.

En ne demandant aucun justificatif, notre projet ne discrimine rien ni personne. Ainsi, personne n’est là pour juger si je suis plus légitime à demander un soutien qu’un autre.

En proposant divers commerces où ce projet se réalise, les citoyens peuvent s’impliquer ici puis ailleurs, celui qui donne peut rencontrer celui qui reçoit et ainsi contribuer au lien social. La première ville suspendue, un endroit où tout le monde peut trouver sa place dans la cité!